ImpactNOW Madagascar: L’impact d’investissement en planification familiale

Can we help you find something?
Advocacy & Awareness
Beyond 2020
Contraceptive Security
ECHO Study
Financing
Innovation
Policy and Enabling Environment
Rights
Service Delivery & Quality
Young People
Commitment Maker
Country
Commitment Maker
Country
ImpactNOW Madagascar: L’impact d’investissement en planification familiale
Publication Date: 11/07/2016

Madagascar a fait beaucoup de progrès en matière d’augmentation du taux de prévalence contraceptive. Il était de 16,7 % en 1992 et était passé à 39,9 % en 2012 pour les femme en union. Cependant, le taux de fécondité reste très élevé, à hauteur de 5 enfants par femme. Une des raisons est l’activité sexuelle précoce, 20,4 pourcent des jeunes filles de 15 à 19 ans ont eu leurs premiers rapports sexuels avant l’âge de 15 ans. Le taux de fécondité des adolescentes a augmenté de 148 pour 1000 en 2009 à 163 pour 1000 en 2012. Par ailleurs, parmi les adolescentes de 18 ans, 48,3 % ont déjà commencé leur vie reproductive : 5,4 % sont enceintes de leur premier enfant et 42,9 % d’entre elles ont eu au moins un enfant. En 2014, les jeunes de moins de 15 ans représentaient environ 47 pourcent de la population et la population continue de croître (1). Ce taux de fécondité élevé chez les jeunes a aussi un impact sur d’autres indicateurs sanitaires. La mortalité maternelle et néonatale reste élevée et, même si les causes sont nombreuses et complexes, l’une des raisons est le manque de financement pour la planification familiale (PF). Le retrait de certains partenaires financiers suite à la crise socio-politique de 2009 et l’insuffisance de financement des activités par le Ministère de la Santé Publique contribuent au manque de progrès sur ces indicateurs (2).

Tags
Commitment Maker:
Resource Type:
Source:
Health Policy Plus